Articles Articles

Return to Full Page

2e partie - Développement durable - rôle de leader pour l'approvisionnement 2e partie

Denys Bussières
Adjoint à la direction - Service des finances
École polytechnique de Montréal
Écrire à l'auteur


 

Les politiques publiques introduisent des exigences sociales, sociétales et environnementales dans la commande publique concernant l'acquisition de produits et de services. La problématique du développement durable s'est imposée à l'agenda politique et économique.

NDLR : La première partie de cette chronique environnement et développement durable a été publiée dans le numéro de juillet/août 2009 de Gestion & Logistique et sur icriq.com le 2009-12-01. En résumé, l'auteur a auparavant expliqué que l'approvisionnement responsable signifiait des « produits et services ayant moins d'impact ou un effet réduit sur la santé des humains et sur l'environnement comparé à des produits semblables », et cela au cours des différentes étapes du cycle logistique. Denys Bussières mentionnait également qu'une carence dans la responsabilité sociale, sociétale ou environnementale d'un fournisseur risquait d'affecter la réputation et la crédibilité de son client et que cette responsabilité comprenait aussi celle des sous-traitants sur toute la chaîne d'approvisionnement. Notre collaborateur ajoutait qu'en favorisant un rôle accru de l'approvisionnement, les entreprises peuvent faciliter l'atteinte des objectifs de développement durable. Citant un ouvrage publié en Colombie-Britannique, il a enfin identifié quatre champs d'intervention liés au développement durable : produits et services verts, gestion des émissions de gaz à effets de serre, facteurs socioéconomiques et conservation des ressources. Voici maintenant la suite et la fin de cette chronique.

Une politique cherchant à promouvoir le développement durable ne peut se fier à une rhétorique de bonne volonté. Si tout ce qui promet de constituer un facteur de progrès pour l'individu, la collectivité, le travailleur, la qualité de la vie ou la santé peut être réétiqueté et redéfini pour l'inscrire dans la politique du développement durable, le scepticisme auquel il s'agit de résister est justifié. Selon l'organisation TerraChoice Environmental Marketing inc. 1 , dans le rapport de 2009, 98 % des 2219 produits évalués pouvaient être accusés de « greenwashing » 2 .

L'approvisionnement est un excellent endroit pour être proactif en termes de développement durable. L'approvisionneur est généralement en contact avec tous les secteurs de l'entreprise. Il est le lien privilégié avec les fournisseurs, a accès à un vaste réseau de contacts lui permettant de comparer ses pratiques, de rechercher et d'implanter les meilleures pratiques en matière d'approvisionnement responsable.

Les responsabilités des approvisionnements pour chacun des champs d'intervention ci-haut mentionnés sont : la formation du personnel, gestion des coûts et risques, conformité, surveillance, recherche et reddition de comptes. Ceci suppose un travail stratégique supplémentaire pour les professionnels des achats.

Avec le support des dirigeants, l'approvisionneur peut exercer un leadership dans le domaine des acquisitions responsables si on lui en donne les moyens. Le vrai coût est de ne rien faire. Les tendances en approvisionnement à court terme sont notamment :

¿ l'inventaire des émissions lié aux acquisitions de biens et services;
¿ le cycle de vie des biens et produits;
¿ l'étiquetage et les standards;
¿ l'approvisionnement de proximité / achat local;
¿ recyclage, réutilisation, gestion des déchets;
¿ l'augmentation des coûts de la nourriture versus les biocarburants.

L'approvisionnement responsable est un virage apportant des opportunités. Il permet aux approvisionneurs de développer de nouvelles habiletés et amène une valeur ajoutée dans la chaîne d'approvisionnement.

1 http://www.terrachoice.com.

2 Green¿wash (gren'wosh',-wôsh') ¿ verb: the act of misleading consumers regarding the environmental practices of a company or the environmental benefits of a product or service.