Articles Articles

Return to Full Page

Bâtir une chaine d'approvisionnement plus intelligente

Laurent Deirmendjian, ing., CPIM, CSCP
IBM Services d'Affaires Mondiaux - Services stratégie & transformation
Écrire à l'auteur

 
Pourquoi les entreprises se doivent de revoir leur modèle de chaine d’approvisionnement ?

Selon une étude menée en 2010 par IBM auprès de gestionnaires en chaine d’approvisionnement, la visibilité (70 %) et la gestion (60 %) du risque sont les principaux défis auxquels les entreprises doivent faire face et ce, devant la maîtrise des coûts opérationnels (55 %), l’augmentation de la complexité des profils de demande client (56 %) et la globalisation des opérations (43 %).

Graphique montrant les raisons Pourquoi les entreprises se doivent de revoir leur modèle de chaine d'approvisionnement ? Voir paragraphe précédent pour les pourcentages.

Extrait de “IBM Global Chief Supply Chain Officer Study: The Smarter Supply Chain of the Future “ Étude basée sur des entretiens auprès de 400 gestionnaires de la chaîne d'approvisionnement dans le monde

Comment expliquer cette tendance ?

Les gestionnaires n’ignorent et ne négligent en rien la préoccupation de réduction des coûts qui demeure à l’agenda particulièrement durant les périodes de ralentissement économique.

Cependant, les entreprises poursuivent en parallèle leurs efforts de croissance en accélérant le déploiement géographique de leurs opérations, l’externalisation d’activités et l’enrichissement de leurs portefeuilles de produits.

Dans un monde qui devient, grâce aux technologies, à la fois de plus en plus proche et de plus en plus interconnectés, les chaines d’approvisionnements, véritables colonnes vertébrales de cette croissance, sont alors mises à rude épreuve.

Elles deviennent de plus en plus complexes et interdépendantes. Cette réalité accroit par le fait même la nécessité d’avoir une visibilité sur l’ensemble de la chaine d’approvisionnement et de nouvelles stratégies pour réduire les niveaux de risques.
 

  • La globalisation continue à être un vecteur important d’expansion et de croissance pour de nombreuses entreprises. Le nombre de filiales ou entreprises transnationales a augmenté significativement depuis plusieurs années.
  • Une gamme toujours plus large d’activités est externalisée, ajoutant aux besoins croissants d’interactions et de collaborations avec des tierces parties.
  • Les chaînes d'approvisionnement doivent composer avec des portefeuilles de produits en constante évolution et avec des durées de vies qui sont de plus en plus courtes. Cela est particulièrement présent dans l’industrie du détail, avec un paroxysme dans l’alimentaire et la mode.


Ensemble, ces changements contribuent à augmenter l'entropie et l’incertitude que vivent les entreprises dans un monde de plus en plus globalisé.

La chaine d’approvisionnement du futur se doit donc d’être plus agile, plus intelligente afin de gérer avec succès les changements qui s’opèrent et de composer avec les incertitudes inhérentes à la nouvelle conjoncture économique.

Les défis d’une chaine d’approvisionnement intelligente

La plupart des entreprises réussisse généralement à mettre en œuvre des améliorations sur des éléments fonctionnels de leur chaine d’approvisionnement que cela soit au niveau des approvisionnements, de la production ou de la logistique.

Les initiatives à saveur Lean qui ont pour objectif l’identification et l’élimination du gaspillage sont les plus fréquemment observées.

Cependant ces améliorations fonctionnelles n’adressent pas les défis inter-fonctionnels complexes qui sont le lot de toute chaine d’approvisionnement et résultent souvent en des tensions entre départements.
 

  •     Quel devrait être le niveau de service auprès des clients ?
  •     Quel devrait être le niveau de flexibilité manufacturière ?
  •     Quel devrait être la variété de produits à offrir aux clients ?


Les initiatives de planification des ventes et opérations (S&OP) permettent de surmonter ces défis en améliorant la communication et la collaboration inter-fonctionnelle.
Le paradoxe d’atteindre des objectifs fonctionnels qui peuvent souvent sembler divergents tel que la réduction des inventaires, l’augmentation des niveaux de service ou l’amélioration de l’efficacité opérationnelle disparait au profit de l’atteinte d’un objectif commun : la prospérité globale de l’entreprise.

Une fois la collaboration inter-fonctionnelle devenue réalité, de nombreuses organisations pionnières se tournent vers une collaboration externe et globale afin d’optimiser leurs chaines de bout en bout, c'est-à-dire du fournisseur de leur fournisseur jusqu’au client de leur client.

La chaine d’approvisionnement du futur

La chaine d’approvisionnement du futur aura trois attributs, elle sera plus :

Instrumentée icône pour introduire le paragraphe sur la chaîne d'approvisionnement instrumentée.

L’information sur la chaîne d'approvisionnement qui était auparavant créée par des personnes sera de plus en plus générée électroniquement et automatiquement à l’aide de capteurs, d’étiquettes RFID, de GPS et plus encore. L'inventaire se comptera tout seul. Les conteneurs détecteront les contenus et les palettes rapporteront si elles sont localisées au mauvais endroit. Les tableaux de bord afficheront en temps réel l’état des plans, des engagements, des sources d'approvisionnement, des inventaires dans la chaine au complet ainsi que les exigences changeantes des clients.

Interconnectée icône pour introduire le paragraphe sur la chaîne d'approvisionnement interconnectée.

La chaîne d'approvisionnement sera entièrement connectée avec les clients, les fournisseurs et des systèmes informatiques de l’organisation, mais aussi avec les pièces, produits et autres objets intelligents utilisés pour contrôler la chaîne. Une connectivité étendue pourra relier un réseau mondial de chaînes d'approvisionnement facilitant la planification et les décisions intégrées.

Intelligente icône pour introduire le paragraphe sur la chaîne d'approvisionnement intelligente.

Les décisions dans la chaîne d'approvisionnement seront également beaucoup plus intelligentes. Les systèmes d’analyses avancées et la modélisation aideront les décideurs à évaluer les alternatives avec un ensemble incroyablement complexe et dynamique de risques et de contraintes. De plus les systèmes intelligents prendront certaines décisions automatiquement permettant d’accroître la réactivité en limitant le besoin d'intervention humaine.

Par ou commencer pour développer une chaine d’approvisionnement plus intelligente ?

Il existe trois principes pour développer une chaine d’approvisionnement plus intelligente :
 

  1. Connaître son client et le placer au centre des opérations et ce, des achats, en passant par la mise en marché, la vente et la livraison du service à votre client.
  2. Accroitre sa visibilité pour améliorer la collaboration externe et formaliser les processus inter-fonctionnels (S&OP) pour améliorer la collaboration interne
  3. Réduire la complexité en segmentant les produits et la chaine d’approvisionnement (« one size does not fit all »)


Il est faux de penser que tous les produits ont besoin des mêmes niveaux de service (la règle du 80/20 est toujours applicable).

Conclusion

Les complexités grandissantes des relations interentreprises et la volatilité des marchés forcent les organisations à adapter leur modèle de chaine d’approvisionnement afin d’en améliorer la résilience et maintenir l’excellence du service client au meilleur coût.

La mise en place d’une chaine d’approvisionnement plus intelligente est un projet stratégique et à long terme. Elle implique de profonds changements dans les façons de faire et dans les comportements au sein des organisations et envers les collaborateurs d’affaires