Agrégateur de contenus - Articles TFP Agrégateur de contenus - Articles TFP

Return to Full Page

Multirobots

 

Florian Trudel - CRIQ
Écrire à l'auteur

 

Il y a cinq ans, il était difficile pour les ingénieurs de coordonner le travail de deux ou trois robots. Aujourd'hui cependant, avec les nouveaux algorithmes sophistiqués et les fonctions de commande qui ont été développées par de nombreux fabricants de robots, ils peuvent en contrôler plusieurs. « Multi robots synchro function », « robotlink », « robotteam » :  ces systèmes prouvent maintenant leur efficacité dans de nombreux secteurs industriels. Les domaines d'application privilégiés des multirobots sont la soudure, l'emballage et l'assemblage.

Les multirobots peuvent accomplir ensemble une tâche plus rapidement mais, aussi, ils peuvent se charger indépendamment de n'importe quelle autre tâche. C'est le cas notamment du nouveau « DA20 dual-arm robot » présenté par la compagnie Motoman à l'International Manufacturing Technology Show (IMTS), qui s'est déroulé du 6 au 13 septembre derniers. Les deux bras de ce robot, qui sont montés sur une même base rotative, peuvent travailler ensemble sur une même tâche ou effectuer indépendamment des tâches différentes. Le DA20 peut transférer un objet d'un bras à l'autre sans le déposer temporairement et il permet à un bras d'effectuer une opération sur un objet tenu sans vibration par le second bras. Finalement, les deux bras peuvent travailler ensemble pour augmenter la capacité de charge utile. Ce nouveau type de robot comporte 13 axes de mouvement (6 pour chaque bras et 1 pour la base rotative).

Au salon MACH 2006 qui eu lieu en Angleterre, ABB a présenté le nouveau logiciel Multimove, qui permet à quatre robots de travailler en parfaite coordination. Utilisé dans le secteur de l'assemblage automobile, un premier robot peut soulever et maintenir une portière et un second, prendre une charnière et la positionner sur la portière alors qu'un troisième va effectuer la soudure pour la fixer en place. Les robots peuvent également être programmés pour travailler sur des lignes d'assemblage parallèles et effectuer un retour juste-à-temps pour poursuivre le travail programmé sur la première ligne. Ces fonctionnalités sont rendues possibles grâce à la puissance de calcul du module de contrôle IRC5.

D'autres fabricants, comme FANUC et KUKA, offrent aussi des logiciels permettant à plusieurs robots de collaborer pour différentes tâches.

La soudure est un domaine d'application privilégié des systèmes multirobots. S'il s'agit de cordons de soudure simples, l'opération est vite faite : si on ne tient pas compte des temps morts, deux robots soudent deux fois plus vite qu'un seul. Le véritable intérêt, c'est la flexibilité accrue, les tâches ne devant pas être réparties également entre deux robots. Il est tout aussi concevable de faire réaliser à l'un des deux robots des tâches à la fois restreintes et complexes alors que l'autre robot effectue de longues soudures.

On utilise aussi les multirobots dans l'industrie alimentaire, en particulier dans les techniques d'emballage. La marchandise ou les pièces arrivant non triées sur le convoyeur sont saisies et déposées par les robots dans des emballages. Des caméras et des systèmes de vision permettent de faire le suivi des pièces. La reconnaissance sur images de celles-ci oriente la pince du robot exactement vers le produit à prendre. La commande des mouvements est conçue de telle sorte que tout fonctionne au fur et à mesure avec grande précision.

Toutes ces innovations conduisent à l'amélioration de la flexibilité du système de production qui doit être de plus en plus polyvalent.

Pour plus d'information, contactez M. Luc Vanden-Abeele, ing., CRIQ ou visitez notre site www.criq.ca/automatisation.

Article mis en ligne le 25 septembre 2006