Agrégateur de contenus - Articles TFP Agrégateur de contenus - Articles TFP

Return to Full Page

Système de classification de bois de plancher

 

Martin Caron, M.Sc - CRIQ
Écrire à l'auteur

 

Depuis 2001, l'appréciation du dollar canadien, conjuguée à l'importation américaine de lames de parquet asiatiques, a fait subir aux entreprises québécoises de fabrication de planchers de bois franc une pression importante. La fabrication de lames de parquet de bois franc est traditionnellement une opération manuelle où la principale valeur ajoutée consiste en l'opération de vernissage ou de finition du produit.

Les pays émergeant dans l'économie mondiale, où la main d'œuvre est beaucoup moins coûteuse, possèdent un avantage compétitif majeur par rapport aux fabricants québécois. C'est pourquoi le Centre de Recherche Industrielle du Québec (CRIQ) a développé un équipement permettant de réduire les coûts de fabrication des lames, et ce, en apportant une plus grande productivité et en augmentant le rendement matière tout le long du procédé.

Traditionnellement, les planches de bois franc (délignées) sortent de la moulurière et sont acheminées aux scies de tronçonnage manuelles. Les opérateurs évaluent les planches, déterminent les positions de coupe et tronçonnent. Les pièces produites sont, par la suite, placées dans les taquets de la tenonneuse. Le système de classification de bois de plancher du CRIQ effectue toutes ces opérations de manière automatique.

Ce système est placé directement à la sortie de la moulurière. Une fois moulurées, les planches sont introduites dans un inverseur automatique afin de positionner correctement la surface à analyser. L'emplacement exacte des défauts est ensuite déterminé par un système de vision couleur et un appareil d'analyse de profils utilisant des lasers.

Les informations sur les défauts recueillies par les détecteurs sont ensuite transmises à un logiciel d'optimisation qui viendra déterminer la meilleure solution de débitage pour cette planche. L'optimisation est faite en considérant la valeur monétaire de chaque solution possible. La plus avantageuse, en tenant compte de tous les paramètres de grade (plus de 120 paramètres différents possibles), sera choisie.

La solution de coupe (tronçonnage) est imprimée (à l'aide d'encre UV) sur la planche avec une grande précision. Le grade de chacun des tronçons est aussi imprimé afin d'assurer un bon suivi des planches lors du classement et, aussi, dans l'optique d'automatiser ultérieurement le classement des paquets.

Sur demande, les planches peuvent, par la suite, être acheminées vers des tronçonneuses automatiques qui effectueront les coupes directement sur les marques, avec exactitude. Puis, les tronçons produits sont envoyés vers les chargeurs qui les positionnent dans les taquets de la tenonneuse.

L'ensemble de la ligne est contrôlé à l'aide de consoles situées à des endroits stratégiques du procédé. Des alarmes ainsi que certains outils de diagnostics et de compilation de données de production sont également inclus afin de diminuer les temps de blocage et de faciliter le contrôle du procédé et de l'entretien du système.

 

CRIQ, Développement de Systèmes Industriels

Article publié le 26 avril 2006