Agrégateur de contenus - Articles sur les PPI Agrégateur de contenus - Articles sur les PPI

Return to Full Page

Le perçage vibratoire à basse fréquence

Le perçage vibratoire à basse fréquence

 

Pour répondre aux besoins des industriels, le Cetim a lancé, en 2002, le projet Foropt. Objectif : valider et développer des technologies adaptées au forage profond à grande vitesse sur centre d'usinage ou sur foreuse.

Bien que très simple pour ce qui est des trajectoires par rapport au fraisage ou au tournage, le perçage, notamment celui de trous profonds (trou ayant un rapport longueur/diamètre supérieur à 5), pose un problème de taille : le temps d'exécution.

Le perçage est donc une opération longue et coûteuse dont le principal responsable est la mauvaise évacuation du copeau. « La plupart du temps, le copeau ne se fragmente pas et reste au fond du trou, créant ainsi le phénomène de bourrage», poursuit Nicolas Guibert.

Ce phénomène entraîne une surpression locale et un échauffement important du foret qui peut mener à sa rupture.

« Nous avons développé une tête de perçage vibratoire ayant des caractéristiques dynamiques compatibles avec l'apparition de vibrations axiales autoentretenues », explique Nicolas Guibert. Le principe consiste à utiliser uniquement l'énergie apportée par la coupe pour générer et maintenir ces vibrations.

Le porte-outil mis au point par les chercheurs comporte un corps principal qui réalise l'attachement entre le porte-outil et la broche de la machine. Une partie mobile supporte un système d'attachement de l'outil pouvant coulisser dans le corps principal et le guidage est assuré par une douille à bille. Un ressort positionné entre le corps principal et la partie mobile du porte-outil accumule l'énergie fournie par la coupe et la restitue sous forme de vibrations axiales.

« Nous avons constaté un gain de productivité de l'ordre de 40 % et une amélioration de la durée de vie de l'outil de 300 % », indique Bruno Davier. Mais, il reste encore beaucoup de pain sur la planche. Et monsieur Davier de poursuivre : « Il faut maintenant assurer une véritable rupture technologique pour pouvoir démocratiser le forage profond à grande vitesse. »

Le CETIM espère avoir un système industriel équipé d'outils propres au forage vibratoire et d'un logiciel de simulation des conditions d'utilisation des têtes de forage à la fin de 2010.

Source : Le répertoire de la machine outil, 13 mars 2007

Autres informations :
CTDec, septembre 2008
Les vibrations au service du perçage profond, 10 juillet 2007 (pdf)
Les bonnes vibrations du perçage profond, Machines Production, No.847, 15 mars 2007, P.31-32 ; 
Foropt : les vibrations à la rescousse du forage profond, Machines Production, No 847, 15 mars 2007
 

Article mis en ligne le 7 juillet 2009