Agrégateur de contenus - Articles sur les PPI Agrégateur de contenus - Articles sur les PPI

Return to Full Page

Un nouveau procédé rend le bois de hêtre résistant pour une utilisation à l'extérieur

Claire Nicolas
Écrire à l'auteur

 
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/54282.htm

Des scientifiques du réseau de recherche « Produits innovants en bois de hêtre modifié », basé à Göttingen et dirigé par le Prof. Holger Militz, du département de biologie et de produits du bois de l'Université de Göttingen, ont développé une nouvelle méthode permettant d'augmenter la résistance, la dureté de la surface et la durabilité du bois de hêtre, ce qui rend possible son utilisation à l'extérieur. Les résultats de leurs travaux ont été présentés lors de la conférence des laboratoires organisée au Centre Helmholtz de recherche sur l'environnement (UFZ).

Grâce à une substance précise et à un procédé en deux étapes consistant en l'imprégnation et à la réticulation du bois, les chercheurs sont parvenus à limiter l'effet négatif de l'eau sur le bois. Le matériau conserve sa forme et ses dimensions, c'est-à-dire qu'il gonfle ou se rétracte très peu sous l'influence de l'humidité. Il est, en outre, davantage résistant aux champignons lignivores, un aspect important pour la longévité du bois. Grâce à cette méthode innovante, le bois de hêtre peut passer de la classe V de résistance (la plus mauvaise) à la classe I ou II et offre ainsi, dans tous les domaines où un bois résistant aux intempéries est requis, une solution de rechange durable aux espèces de bois tropicales. Ceci permet non seulement de protéger les espèces menacées des tropiques, mais aussi d'entériner le développement d'une sylviculture durable qui s'appuie sur une augmentation des forêts mixtes et sur une part croissante d'espèces feuillues.

Derrière l'optimisation de la qualité du bois de hêtre se cache une substance hydrosoluble, la diméthyloldihydroxyéthylène-urée (DMDHEU). Elle réagit fortement avec les groupements hydroxyles libres de la cellulose et de l'hémicellulose. Ce sont ces groupements qui sont responsables de la fragilité du bois. Grâce à une alternance de pression et de vide, la DMDHEU pénètre à l'intérieur du bois et le place dans un état de gonflement constant en liant aux groupements hydroxyles des molécules réticulantes. En présence d'une forte chaleur et de chlorure de magnésium comme catalyseur, les molécules forment entre elles ou avec la membrane cellulaire un réseau. Si les processus sont correctement coordonnés, le bois de hêtre conserve ses excellentes qualités initiales tout en gagnant les avantages des essences tropicales - grande durabilité, stabilité des dimensions, résistance et solidité. La DMDHEU est aussi utilisée dans l'industrie textile pour améliorer la qualité de la cellulose.

Le réseau de recherche Produits innovants en bois de hêtre modifié.

Ce groupe de chercheurs travaille au sein de l'un des 25 projets soutenus par le ministère fédéral de l'Enseignement et de la Recherche (BMBF) dans le cadre de l'axe prioritaire « économie forestière durable ». Le Centre de recherche Helmholtz (UFZ) est chargé de l'accompagnement scientifique et de la coordination de cet axe prioritaire, que le BMBF finance à hauteur d'environ 27 millions d'euros sur la période 2005-2009. La mission de l'UFZ est de créer, aux niveaux national et européen, un réseau pour la science et la pratique. L'axe de recherche se consacre, d'ici 2009, principalement à trois domaines : comment la chaîne de production forêt-bois peut-elle être optimisée, tant sur le plan des performances économiques que sur celui de l'écologie et de la durabilité sociale; comment les paysages forestiers peuvent-ils être utilisés de manière à améliorer la qualité de vie humaine et à garantir la durabilité des ressources à long terme; à quoi ressemblera la forêt du futur ?

Andreas Werntze - Helmholtz-Zentrum für Umweltforschung (UFZ), Department Naturschutzforschung, Permoserstraße 15, D04318 Leipzig - tél : +49 341 235 1816 - email : andreas.werntze@ufz.de - http://www.ufz.de/index.php?de=12792

Dr. Peter Rademacher - Abteilung für Holzbiologie und Holzprodukte, Burckhardt Institut, Universität Göttingen, Büsgenweg 4, D37077 Göttingen - tél : +49 551 39 3562, fax : +49 551 39 9646 - http://www.wood.uni-goettingen.de/deutsch/personal.html

Communiqué de presse de l'UFZ (15/04/2008)

Rédacteur : Claire Nicolas, claire.nicolas@diplomatie.gouv.fr

Origine : BE Allemagne, numéro 382 (23/04/2008) - Ambassade de France en Allemagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/54282.htm

Article mis en ligne le 7 mai 2008