Agrégateur de contenus - Articles sur les TE Agrégateur de contenus - Articles sur les TE

Return to Full Page

Gestion et valorisation des déchets et produits connexes de la filière bois

Gestion et valorisation des déchets et produits connexes de la filière bois

Michel Bouchard - CRIQ
Écrire à l'auteur

 

Nature et origine des déchets

La filière bois produit des déchets à base de bois à chacune des étapes de transformation. Les déchets et produits connexes de la filière bois regroupent :
 

  • les résidus de l'exploitation forestière : souches, houppiers, branchages, cimes, etc.;
  • les produits de première transformation du bois provenant des scieries et des papeteries et qui sont composés d'écorces, de sciures, de copeaux, etc.;
  • les déchets issus de la seconde transformation (meubles, armoires et vanités, parquets, fabrication de palettes, de charpentes, etc.) composés de copeaux, de chutes, de sciures, de morceaux de panneaux, de poussières de sablage, etc.;
  • les produits usagés et les emballages : caisses, palettes, cageots, bois d'ameublement ou de démolition, etc.

Par ailleurs, la finition et le collage des produits en bois sont souvent à l'origine d'émissions de composés organiques volatils (COV).

Finalement, la percolation des eaux de pluie et le ruissellement qui s'effectuent à travers les piles de résidus de bois (écorces, sciures, copeaux, etc.) libèrent des produits chimiques naturels issus de ces mêmes résidus qu'on appelle des lixiviats et qui peuvent avoir des impacts négatifs sur l'environnement.

Valorisations

Valorisation matière

Les résidus de l'exploitation forestière sont, pour l'essentiel, rendus au sol. Les produits connexes de la filière bois peuvent suivre plusieurs types de valorisation matière : la fabrication de pâte à papier, de panneaux (agglomérés) ou de produits composites et de produits en bois moulé ainsi que le réemploi (réparation de palettes), le compostage, les litières animales, le charbon de bois, le paillage, les paillis horticoles, le conditionnement et le nettoyage des sols, le fumage des viandes et poissons, le dégraissage des pièces métalliques, etc. Des projets de recherche sont en cours pour étudier d'autres valorisations matières (biocarburants, aliments pour bétail, extraction de composés chimiques, liquéfaction, etc.).

Valorisation énergétique

La combustion du bois permet la récupération de chaleur ou d'électricité. Elle peut se faire à l'état de déchets bruts ou sous forme de produits préparés : granulés, briquettes, bûches reconstituées et bois déchiqueté. Cette valorisation est utilisée par le chauffage au bois individuel ou collectif (écorces et sciures) ou par l'incinération. Seuls les déchets et sous-produits de bois non souillés peuvent être utilisés pour la valorisation énergétique dans des chaufferies à bois. Les déchets ou sous-produits de bois peuvent être valorisés énergiquement au sein même de l'entreprise qui les produit. Les économies réalisées peuvent amortir l'achat d'une chaudière à bois (qui peut être combinée à un autre mode de chauffage).

Valorisation agricole

Par ailleurs, le projet «Bois Valor»  (contact : Marie Morard, Bois Valor/Incubateur Midi-Pyrénées, 29 rue Jeanne Marvig - 31400 Toulouse, tél. : 05 34 31 94 24, téléc. : 05 34 31 68 16, courriel : marie.morard@free.fr) propose de fabriquer un nouveau produit fertilisant destiné à l'agriculture et au jardinage d'amateurs : les Substances Humiques Biomimétiques ou «SHB». L'innovation réside dans la valorisation des déchets de la filière bois pour fabriquer un engrais respectueux de l'environnement et non polluant. Les SHB sont considérées comme un nouveau fertilisant. Elles peuvent être utilisées par les particuliers (jardiniers amateurs) ou les professionnels (agriculteurs). Les substances humiques jouent un rôle important en agronomie et en environnement : elles améliorent la structure du sol et elles contribuent à leur fertilité. Les SHB peuvent avoir plusieurs types d'effets sur les végétaux :

  • augmenter la croissance des plantes (maïs);
  • favoriser la mise à fleur (géraniums et bégonias);
  • diminuer la consommation d'eau (pelouse
    ou ray-grass);
  • faciliter l'absorption d'éléments minéraux.

Traitements

Techniques de traitement des déchets de bois traité

Seuls les déchets ou sous-produits du bois traité ou souillé par des substances dangereuses (et à ce titre considérés comme des déchets dangereux) sont traités ou incinérés selon les filières d'élimination des déchets dangereux.

Le procédé PGI (Société ANCOR) permet le traitement des bois imprégnés de substances fongicides (cuivre, chrome et arsenic) et organiques (créosote).
Le procédé Chartherm (Société Thermya) concerne les déchets de bois, quel que soit leur traitement. Cette société a ouvert une unité pilote à Saint Médard d'Eyrans en Gironde (www.chartherm.com). Le procédé comprend trois étapes : le broyage, la charthérisation (traitement thermique spécifique) et la séparation. Il permet d'assurer en trois étapes le recyclage le plus complet possible de tous les déchets de bois souillé exclus de la catégorie biomasse.

Gestion, maîtrise et technologies de traitement des émissions de composés organiques volatils (COV)

Le Centre technique du bois et de l'ameublement (CTBA), avec le concours de :

  • l'Union nationale des industries françaises de l'ameublement (UNIFA);
  • la Fédération des industries des peintures, encres, couleurs, colles et adhésifs (FIPEC);
  • les Fournisseurs de produits et d'équipements de collage et de finition.

a rédigé un impressionnant guide de 116 pages (avec annexes) portant sur la réglementation, le schéma de maîtrise des émissions (SME), le plan de gestion des solvants (PSG), l'installation de référence, l'installation cible, les meilleures technologies disponibles ainsi que la mesure et l'estimation des flux rejetés relativement aux émissions de COV dans l'industrie française du meuble. Ce guide a été validé par le comité de lecture du 13 février 2004, composé de représentants du ministère de l'Écologie et du Développement durable, de l'ADEME et de l'Inspection des installations classées et des organisations professionnelles. 

Gestion, maîtrise et traitement des lixiviats provenant de piles de résidus de bois (fibres ou écorces)

La percolation de l'eau de pluie à travers les piles de résidus de bois libère des produits chimiques naturels qui proviennent de ces mêmes résidus et qui ont des impacts négatifs sur l'environnement.

Ces lixiviats sont caractérisés par une demande élevée en oxygène et la présence de tannins, de lignine, d'acide tannique, d'acides gras volatils ainsi que de nutriments et le pH se situe généralement entre 3,4 et 3,7. Ils sont très toxiques pour toute vie aquatique. 

La construction d'un marais peut améliorer la performance d'un système de traitement de tels lixiviats.

Le traitement biologique séquentiel aérobique/anaérobique d'un lixiviat d'écorces généré par les opérations d'une scierie s'est avéré efficace.

Une revue de la documentation a été effectuée en décembre 2005 par des gens du National Council for Air and Stream Improvement Inc., Southern Regional Center, à Gainesville en Floride (NCASI Technical Bulletin no. 911, December 2005) et celle-ci porte sur la caractérisation et la toxicologie de même que sur les différentes options possibles pour le traitement et la gestion des lixiviats et des eaux de ruissellement provenant des piles de résidus de bois. Dans ce même ouvrage, il est question des meilleures pratiques de gestion des cours à bois, des aires de tri et des scieries. Il s'agit d'un excellent document qui résume bien les différentes options qui existent en matière de traitement et de gestion des lixiviats et des eaux de ruissellement.