Articles sur l'innovation technologique Articles sur l'innovation technologique

Innovations technologiques

Le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) met à votre disposition des résultats issus du réseau de veille concernant les technologies émergentes, dans le but d'aider les entreprises à accroître leur productivité.

« CRIQ Innovations » est également offert dans un format XML qui permet à un abonné d'être informé aussitôt qu'un nouveau contenu est mis en ligne. Vous pouvez choisir parmi quatre distributions de fils RSS, chacune comprenant les titres, les résumés des articles et les liens aux documents complets.

Des directives détaillées indiquant comment obtenir un lecteur RSS et comment ajouter des distributions de nouvelles sont offertes à la page RSS.

Choisissez les fils RSS du CRIQ Innovations

icone rss pour tous les fils rss du CRIQ Innovations Tous les fils RSS - CRIQ Innovations
icone de rss pour les fils rss sur les technologies de fabrication de pointe. Technologies de fabrication de pointe
icone de rss pour les fils rss sur les technologies de l'information et des communications. Technologies de l'information et des communications
icone de rss pour les fils rss sur les technologies de l'environnement. Technologies de l'environnement
icone de rss pour les fils rss sur les produits et procédés innvovateurs. Produits et procédés innovateurs
icone de rss pour les fils rss sur la gestion de l'innovation. Gestion de l'innovation

 

Technologies de fabrication de pointe (TFP)
Technologies de l'information et des communications (TIC)
Technologies de l'environnement (TE)

Produits et procédés innovateurs (PPI)
Gestion de l'innovation (GI)

Technologies de fabrication de pointe (TFP)

Agrégateur de contenus - Articles TFP Agrégateur de contenus - Articles TFP

Équipements d'optimisation du sciage de feuillus durs

Michel Bouchard, ing. - CRIQ
Écrire à l'auteur

Avec l'augmentation du coût des ressources naturelles en général et de celle du prix du bois franc en particulier, il devient de plus en plus essentiel de chercher à optimiser l'utilisation maximale de la matière première. Un autre élément qui milite en faveur d'une plus grande optimisation des opérations de transformation des feuillus durs est la pénurie de main-d'oeuvre spécialisée qui s'accentue sans cesse.

Définition

L'optimisation est un procédé qui consiste à détecter et à analyser les caractéristiques d'une pièce de bois en vue d'exécuter le programme de coupe qui produira des débits de valeur maximale, selon les critères de choix retenus.

Source : Barr-Mullin, Inc.

Les bois feuillus durs regroupent les espèces d'arbres angiospermes, portant des feuilles à limbes relativement larges qui, dans les régions tempérées, tombent normalement tous les ans. Le climat des forêts d'Amérique du Nord favorise la croissance de nombreuses essences feuillues. Le Québec est le domaine de l'érable à sucre et de ses essences compagnes. Ce dernier s'associe avec d'autres arbres à feuilles caduques, incluant d'autres érables, les chênes, les bouleaux, les frênes, le hêtre, l'orme, le noyer, le cerisier, etc.

Première transformation 1

Les opérations de première transformation des feuillus durs sont nombreuses et variées.

Tronçonnage

Les scieries de bois franc doivent améliorer constamment leur technologie et utiliser plus efficacement la matière première qui leur revient, qu'il s'agisse de billes de sciage traditionnelles (classement Petro) ou de billes qualifiées de non traditionnelles (billons). Le recours aux billons permet de récupérer environ 50 % de la tige pour le sciage, plutôt que 35 % comme c'est le cas avec les billes normales.

Au cours des trois dernières années, des outils ont été développés pour aider les opérateurs à décider de l'utilisation des billes et à effectuer le tronçonnage en fonction d'un rendement valeur maximum pour une essence donnée.

Des techniques de numérisation interne à capteurs multiples (rayons X, ultrasons, radiofréquence, etc., individuellement ou en tandem) permettent maintenant d'optimiser les décisions de tronçonnage en fonction des caractéristiques externes et internes de la bille, de la capacité de l'équipement et des occasions de vente qui se présentent sur le marché.

Écorçage

Des travaux de recherche sont en cours sur l'écorçage et le moyen de dégeler les billes de manière à briser le lien entre l'écorce et le bois au cours de l'hiver. Il existe déjà des études sur ces questions, mais les solutions proposées sont le plus souvent, sinon toujours, économiquement irréalisables pour les entreprises relativement petites du secteur des feuillus.

Scies de tête

Dans le cas des feuillus, l'optimisation du chariot doit aller plus loin que pour les résineux. En plus de positionner les billes, de les faire tourner et d'optimiser le débit, il faut tenir compte de la grosseur des défauts, de leur type et de leur position dans la bille. L'idéal est de caractériser les défauts par numérisation. Cependant, compte tenu de la dimension et de la qualité des billes de bois franc, il est peu probable que ce genre d'équipement sera économiquement justifiable pour les scieries de faible capacité.

Pour les billons (faible diamètre et longueur inférieure à 2,4 m [8 pi]), on utilise normalement un chariot suspendu muni d'un système de griffage en bout qui maintient la bille tout au long du sciage, effectué à l'aide d'une scie de tête jumelée (circulaire ou à ruban) suivie d'une refendeuse multilames. Il est indispensable d'obtenir une grande productivité, car ces petites billes contiennent peu de bois de valeur. Pour cette raison, les fabricants poussent davantage la transformation et produisent des composants de plus grande valeur plutôt que des produits de base ou de commodité.

Refendeuse et débiteuse à scies multiples « bull »

image d'une refendeuse et débiteuse à scies multiples « bull »

L'utilisation d'une refendeuse à scies circulaires multiples dont les lames sont montées sur un arbre télescopique se traduit par une plus grande souplesse de travail. Les lames peuvent alors se déplacer pour maximiser la valeur des produits chaque fois que c'est possible. Les systèmes les plus avancés font appel à des scanneurs (numériseurs) pour déterminer la géométrie de l'équarri, alors que l'opérateur fournit les caractéristiques de qualité. L'intégration des deux séries de données sert à optimiser la position de l'équarri et le patron de sciage.

Source : Cameron Automation

Déligneuse

La scie à déligner multilames ressemble à la scie ordinaire, mais l'arbre porte plusieurs lames. On l'utilise pour déligner le bois avant éboutage ou pour découper, en planches de largeur donnée, des panneaux obtenus par collage sur chant. Elle sert surtout à refendre des panneaux collés ou non. La caractéristique principale de la scie à refendre est la voie de la lame. Les fabricants de scies offrent des lames très minces qui permettent de réduire les pertes dues au trait de scie. Les gains peuvent être considérables, surtout dans la fabrication de pièces de faible largeur, mais les lames minces sont d'un entretien plus exigeant et leur résistance latérale est réduite. Dans certaines scies à déligner multilames, les lames sont fixes et le guide est mobile alors que dans d'autres modèles, les lames extérieures sont mobiles ou toutes les lames le sont.

Ébouteuse

Les scanneurs (numériseurs) détectent et encodent les marques du classeur de manière à ce que l'optimiseur puisse choisir la meilleure solution de coupe pour la planche. Un autre logiciel commande le déplacement de la planche, permettant à la scie de purger avec précision le défaut ou d'ébouter celle-ci à la longueur voulue. Le convoyeur de sortie est également programmable pour l'acheminement des pièces vers l'empilage.

Mesurage et classification

On trouve souvent dans l'industrie des scanneurs (numériseurs) capables de lire les marques de classement attribuées par un classeur et conçues pour accélérer la purge. Certains appareils distinguent les marques identifiant différents types de défauts. C'est toujours le classeur qui décide s'il accepte ou non un défaut.

Certains appareils poussent plus loin l'automatisation et détectent de petits défauts définis par le client sans intervention humaine. On compte quatre techniques différentes, chacune présentant ses avantages et ses inconvénients, qui sont souvent employées de concert : images à niveaux de gris, images couleur, capteurs laser et appareils à rayons X.

Classement, triage et empilage

Les scieries de feuillus confient en général à des classeurs certifiés la tâche de classer et d'inventorier les sciages. Dans les petites scieries, le préposé au classement enregistre lui-même les données d'inventaire et remplit les fiches de référence, alors que dans les scieries plus importantes, le classeur est secondé par un pointeur. Seules quelques-unes sont munies d'un système informatisé qui estampe la pièce en fonction de la décision du classeur, établit les statistiques de production (volume de bois et nombre de pièces) et indique aux préposés à l'empilage quand le temps est venu de cercler un paquet et d'en commencer un autre.

Il est relativement facile de trier les sciages de bois franc puisqu'ils sont soit marqués, soit estampés par le classeur. Le problème se situe dans l'empilage, effectué à la main, qui exige plusieurs personnes. Dans bon nombre d'usines, l'opération est semi-automatique. Malgré tout, il demeure ardu d'empiler des bois de largeurs et de longueurs variables (1,2 à 4,9 m [4 à 16 pi]) de manière à obtenir un paquet respectant des caractéristiques données de dimensions et de volume de bois.

Outils de coupe (scies à ruban, scies rondes, scies minces, etc.)

Il existe sur le marché des lames de scies ultraminces. Celles-ci, en plus de réduire de manière très appréciable la quantité de sciures produites (jusqu'à 20 % plus de sciages pour la même quantité de billes), permettent d'obtenir un fini de surface plus doux, réduisant ainsi les besoins de rabotage et de sablage. De plus, elles rendent possible une diminution de la consommation d'énergie lors du sciage et nécessitent moins de main-d'oeuvre.

Au stade expérimental, il existe aussi une famille de lasers permettant de faire la découpe du bois solide sans carbonisation et oxydation des surfaces. Des études préliminaires ont été effectuées avec des lasers « ti-sapphire » intenses soufflés (pulsés) dans l'ordre des femtosecondes. Ces études ont démontré qu'il était possible de faire des travaux d'usinage du bois franc sans oxydation ni déchirement des cellules ligneuses. Il reste toutefois à résoudre les problèmes d'épaisseur et de vitesse de coupe.

Valeur ajoutée 2

Le secteur de la valeur ajoutée inclut tous les intervenants de la deuxième transformation qui ajoutent de la valeur à des produits de base en les modifiant pour en faire des produits finis ou semi-finis.

La technologie utilisée dans le secteur de la deuxième transformation ressemble beaucoup à celle des scieries ordinaires en ce qui a trait au scannage (numérisation), au délignage, au tronçonnage, etc. Les possibilités techniques exposées précédemment sont également applicables à ce secteur.

Lattage et délattage

Plusieurs fabricants d'équipements, dont les compagnies québécoises Industries P.H.L. inc et Inotech Fabrication inc., proposent des systèmes très automatisés pour le lattage, le délattage et l'empilage ou la manutention du bois de sciage. Ces derniers sont munis d'accumulateurs pour les baguettes requises lors du séchage.

Séchage et étuvage

On sèche traditionnellement le bois à l'aide de séchoirs à convection forcée, dits traditionnels, chauffés à la vapeur. La température dans ces séchoirs atteint 80 °C (180 °F) et ils sont munis de dispositifs permettant l'évacuation de la vapeur d'eau et l'humidification. Le temps de séchage varie de cinq ou six jours pour du bois franc de faible densité en planches de 25 mm (1 po) d'épaisseur jusqu'à 60 jours ou plus pour des bois de haute densité en épaisseur de 50 mm (2 po). Presque tous les séchoirs construits ces vingt dernières années sont constitués de panneaux d'aluminium et d'une poutre d'acier ou d'aluminium qui supporte la structure. On charge le séchoir par le côté à l'aide d'un chariot élévateur, bien que certains préfèrent un système de rails. Des ventilateurs montés dans le séchoir assurent la circulation de l'air.

Le séchage par déshumidification a été introduit en Amérique du Nord dans les années 70, et son évolution a connu plusieurs phases. Les séchoirs par déshumidification atteignent maintenant des températures proches de celles des séchoirs ordinaires, si bien que les temps de séchage ne sont pas beaucoup plus longs.

Les caractéristiques de circulation de l'air sont du même ordre dans les deux types de séchoirs : 90 à 120 m (300 à 400 pi) à la minute pour le bois franc à séchage lent, 150 m (500 pi) à la minute pour les bois à séchage plus rapide, et jusqu'à 210 m (700 pi) pour certains produits spéciaux comme l'aubier d'érable. On trouve fréquemment dans les installations récentes des variateurs de vitesse qui permettent de moduler la circulation de l'air.

Le séchage sous vide commence à être reconnu comme une technique viable pour le bois franc. Les deux formes de séchage sous vide qui retiennent surtout l'attention sont celui en présence de vapeur surchauffée (V/VS) et celui avec radiofréquence (RFV). Comme leur nom l'indique, les séchoirs V/VS utilisent la vapeur pour chauffer le bois; cette vapeur n'est pas injectée, mais provient plutôt de l'humidité produite par le séchage du bois. Dans le cas du séchage RFV, le bois est chauffé en continu à l'aide d'ondes radiofréquences.

Plusieurs entreprises se spécialisent dans la fabrication de systèmes de contrôle et de surveillance du bon fonctionnement des séchoirs, de sondes et capteurs sans fil et toutes sortes d'autres contrôles qui visent à optimiser leur opération.

Traitement thermique

Le bois traité à haute température est chauffé entre 160 et 245 C (320 et 473 F), sous une atmosphère contrôlée, pauvre en oxygène (azote, vapeur d'eau et gaz de combustion) ou bien immergé dans de l'huile végétale chauffée. La pyrolyse contrôlée qui résulte de ce traitement modifie les composants qui sont les plus hydrophiles dans le bois et en diminue l'humidité d'équilibre. Le bois, qui naturellement est hydrophile, devient hydrophobe. Selon les paramètres du procédé et l'essence traitée, on obtient un nouveau matériau, de couleur plus foncée et attrayante, dont la résistance à la dégradation fongique et la stabilité dimensionnelle sont sensiblement améliorées par rapport à l'essence d'origine; mais cela, assez souvent au détriment de certaines de ses propriétés mécaniques, notamment sa résilience ou son élasticité.

Voici donc les différentes technologies de traitement à haute température :

  • ThermoWood® (VTT-Finlande);
  • Perdure (PCI Industries, inc. du Québec.);
  • Procédé de rétification (New Option Wood ¿ NOW) de France;
  • Plato des Pays-Bas;
  • OHT d'Allemagne;
  • Thermoholz d'Autriche;
  • Iwotech du Danemark;
  • Intemporis de la Suisse;
  • Procédé de friturage de France et;
  • Procédé à l'huile chaude du SEREX et de l'UQAT au Québec.

MEC inc., un spécialiste des séchoirs à bois traditionnels, travaillait depuis plusieurs années à mettre au point un four à torréfier le bois adapté aux besoins du secteur industriel. L'entreprise de Victoriaville offre donc un torréfacteur de qualité supérieure, équipé de contrôles informatisés précis, permettant de produire, à coût très compétitif et sans émettre de polluant, un produit de bois de qualité se prêtant à de multiples applications nouvelles. Ce four a une grande capacité, variant de 3 000 à 5 000 pmp, selon l'épaisseur du bois. Il est muni d'un système de rails qui facilite et active son chargement et son déchargement. Il est équipé d'un brûleur pour les gaz d'échappement, de manière à minimiser les rejets atmosphériques.
 

Deuxième transformation  3

Au cours des 20 dernières années, l'industrie de la transformation secondaire du bois a connu d'importants changements. Les cadences de production ont augmenté, le temps de mise en route des machines a diminué, les séries sont plus courtes, les caractéristiques des produits se sont multipliées et les procédures de contrôle du genre ISO 9000 ont fait leur apparition.

Rabotage/sablage

À leur arrivée dans l'usine de deuxième transformation, l'épaisseur des pièces de bois franc sec peut varier de 1,5 à 3 mm (1/16 à 1/8 de po). On dégauchit alors les deux faces pour amener les pièces à une épaisseur uniforme, ce qui donne des surfaces nettes et permet d'évaluer visuellement les défauts superficiels en vue des opérations suivantes de tronçonnage et de refente. L'opération de dégauchissage s'effectue soit avec une raboteuse, soit avec une ponceuse de calibrage. Les porte-outils supérieur et inférieur de la raboteuse peuvent être opposés ou décalés. On emploie de plus en plus souvent des couteaux à profil hélicoïdal pour réduire le bruit. Ces couteaux exercent également un effort de cisaillement qui demande moins de puissance de la part de la machine.

Les ponceuses modernes à bande large sont munies d'une commande numérique qui détermine avec précision la vitesse d'avance et la pression exercée sur la bande. La pression de ponçage est commandée électroniquement par l'intermédiaire de plaques segmentées. Un jeu de capteurs mesure les dimensions, la forme et l'épaisseur de la pièce à poncer et cette information sert à commander les plaques, lesquelles appliquent une pression seulement là où se trouve la pièce.

Débitage secondaire

L'optimisation du débitage est un sujet chaud depuis le début des années 1990, mais très peu de solutions complètes proposées ont été applicables directement dans l'industrie. L'optimisation deux axes (comme développée au CRIQ) consiste à prendre une décision de découpe complète pour une planche en tenant compte des contraintes de coupe, et ce, avant même de procéder à une découpe primaire. Il s'agit d'un problème complexe requérant beaucoup de capacité de calcul. Cette technique d'optimisation sur commande informatisée permet d'obtenir un contrôle sur la production, et ainsi, ouvre les portes à une réduction des lots et à une automatisation du débitage. L'optimisation peut être basée sur deux facteurs différents de priorité : la maximisation du rendement matière ou celle de la valeur monétaire.

L'optimisation deux axes a démontré qu'il était possible d'augmenter le rendement matière en production en fonction de l'usine de 10 à 18 % (8 à 12 points de pourcentage par rapport à une usine standard ayant un mélange de grades et un rendement de 55 %). L'optimisation deux axes a également fait la preuve qu'il était possible d'augmenter la valeur des pièces produites de 35 à 80 % en fonction de la valeur des pièces en usine.

En couplant le lancement de production à un logiciel de simulation, il est alors possible d'intégrer directement les systèmes de vente à ceux de la production et ainsi de pouvoir contrôler entièrement l'opération dès son point de départ : le débitage. Les systèmes de gestion de production deviendront essentiels dans l'avenir afin d'oublier complètement la limitation imposée par la matière première.

Aboutage ou jointage

Dans l'aboutage horizontal, les entures sont parallèles à la face large de la pièce. Dans l'aboutage vertical, elles sont parallèles aux rives, si bien que la ligne brisée du joint apparaît sur la face. La résistance des joints dépend du profil de leurs entures et du système adhésif choisi : celles qui sont plus longues donnent une plus grande surface de collage et donc une plus grande résistance. Pour les bois d'apparence, leur longueur est de 5 mm (13/64 de po).

L'entreprise québécoise Conception R.P. inc., fabrique les scanneurs (numériseurs), les scies optimisées, l'alimentation automatique, les systèmes d'aboutage (jointage), etc. nécessaires à la 2e et 3e transformation du bois.

Panneautage

Aujourd'hui, il existe des dispositifs de vision informatisés pour trier automatiquement et appareiller les bandes de bois en fonction de la teinte et du grain pour la formation des panneaux.

Quelques entreprises commercialisent des équipements pour la fabrication flexible, automatisée et optimisée de panneaux de bois solide.

Collage

Les adhésifs peuvent se segmenter en quatre groupes principaux : les colles solvants, les colles en dispersion et à base aqueuse, les colles thermofusibles et les colles réactives et structurales.

Maintenant que nous avons énuméré les différents types d'adhésifs, voyons les nouvelles technologies de collage. Il s'agit du collage radiofréquence (RF) et du collage par friction/ultrasons.

Quelques fabricants d'équipements se spécialisent dans les systèmes d'application de colle qui minimise la consommation d'adhésifs par un ajustement précis et uniforme de la quantité appliquée en fonction de la vitesse et de la température.

Façonnage

La technologie de la commande numérique a transformé l'usinage du bois et la modernisation d'une usine signifie généralement que l'on remplace les vieilles machines par des nouvelles à contrôle numérique.

Certains fournisseurs offrent des équipements ou lignes d'usinage très automatisées qui comportent deux unités d'usinage travaillant en tandem et munie de deux changeurs d'outils.

Finition

La finition est la dernière, mais la plus importante étape dans le processus de la valeur ajoutée. Les chaînes de finition ont connu des changements considérables au cours des vingt dernières années.

L'application des produits de finition aux pièces plates fait appel à diverses techniques : vernissage au rideau, aux rouleaux et à buses de pulvérisation en cabine fermée. Les systèmes à rideau et à rouleaux sont les plus couramment utilisés et ils présentent l'avantage de permettre une récupération quasi totale des produits de finition. Le réglage de l'épaisseur de couche est précis et facile, exigeant donc peu de temps. Dans les systèmes de pulvérisation automatique, de multiples buses sont montées sur des chariots rotatifs horizontaux qui se déplacent perpendiculairement au convoyeur transportant les pièces. Des capteurs détectent l'emplacement, les dimensions et la forme des panneaux, et commandent en conséquence le temps de pulvérisation de chacune des buses. Ces systèmes offrent une plus grande souplesse de fabrication que ceux à rideau ou à rouleaux, en particulier pour les armoires de cuisine et autres panneaux profilés. Parmi les autres méthodes de finition automatique, on peut mentionner celle sous vide, utilisée pour les pièces longues et étroites (moulures et autres composants du même genre) et la finition électrostatique, utilisée pour les formes plus élaborées telles que chaises, berceaux et petits objets. Pour les produits en trois dimensions particulièrement complexes, on peut faire appel à des robots à commande numérique munis de pistolets de pulvérisation de types divers. On commence à employer ce genre de technique pour la finition de chaises et autres articles de mobilier assemblé.

Les enduits de finition ont eux aussi beaucoup changé au cours des dernières années, surtout du fait de la législation. Les produits à haute teneur en solvant organique sont en voie de disparition en raison de leur impact négatif sur l'environnement et la santé des travailleurs. On les remplace par des produits à l'eau ou par des enduits à haut extrait sec. Les laques et vernis à l'eau les plus écologiques donnent maintenant un fini de qualité essentiellement équivalant à celui des enduits à base de solvants organiques, sauf en ce qui concerne la teinture, car l'eau tend à provoquer un soulèvement du grain du bois. On obtient de bons résultats avec des systèmes hybrides qui font appel à un solvant organique pour la première couche et à des produits à l'eau pour celles de finition.

Depuis quelques années, des nanoparticules sont intégrées aux produits de finition afin de leur apporter des performances supérieures voire même de nouvelles propriétés. Par exemple, en appliquant certains oxydes métalliques nanométriques dans un produit de finition, il est possible d'en améliorer considérablement les propriétés mécaniques. D'autres substances nanométriques, comme les argiles, peuvent être ajoutées pour augmenter ou diminuer la brillance du produit, ou encore pour accroître leur résistance à la rayure, ou bien améliorer leur résistance au vieillissement (principalement causé par les rayons ultraviolets (UV)).

La technologie du séchage a suivi l'évolution des enduits et des méthodes d'application. Avec les rayons ultraviolets, on obtient le durcissement d'un vernis au polyuréthanne en seulement une seconde Les techniques d'accélération du séchage se sont multipliées depuis quelques années. Celles qui sont les plus utilisées sont les suivantes :

  • Micro-ondes sélectionnées (MOSâ).
  • Radiofréquence.
  • Percussion et infrarouge.
  • Séchage accéléré à basse température par air « supersec ».

Densification

Le durcissement du bois est une activité peu répandue au Canada, mais elle prend de l'importance, surtout dans le but de créer des parquets pour concurrencer le chêne.

Il existe essentiellement deux types de durcissement, par compression mécanique et par imprégnation de polymères. La première technologie a connu peu de succès et est pratiquement abandonnée aujourd'hui, alors que dans le cas de la seconde, les agents de durcissement utilisés jusqu'ici sont surtout des polymères synthétiques relativement coûteux, d'autant plus que le taux de charge est élevé.
Les procédés actuels ne sont donc pas économiquement intéressants et presque impossibles à rentabiliser.

Autre (Système de gestion de la production (entrée, sortie, rendement matière, contrôle de la qualité, etc.))

Quelques entreprises conçoivent des dispositifs de scannage (numérisation) et d'analyse graphique en continu pour contrôler la géométrie et les caractéristiques naturelles des pièces avant leur assemblage. Ceci permet d'éliminer les pièces défectueuses et contribue à la formation d'une base de données pour le contrôle des procédés.

D'autres entreprises sont à développer des modèles de flux des matières afin de minimiser les en-cours de fabrication.

Certaines entreprises travaillent à créer des systèmes experts et des outils d'aide aux décisions capables d'intégrer l'information recueillie par les instruments de contrôle de la qualité de manière à aider les opérateurs à dépister les problèmes, et à guider la mise au point des machines et les décisions de production.

Finalement, depuis un certain temps, des fabricants travaillent à développer et à mettre en ¿uvre un système centralisé et intégré de commande des procédés incorporant l'information en provenance des diverses opérations, ainsi que les paramètres financiers et commerciaux, pour automatiser la mise au point des machines et optimiser la production en temps réel. On pourrait ainsi donner aux opérateurs les outils et les données leur permettant de réaliser des scénarios et d'optimiser leurs décisions.

Conclusion

Comme pour le secteur des résineux, le contrôle des procédés représente à la fois le plus important défi et le principal instrument de progrès offert à l'industrie. L'information recueillie sur les résultats des diverses fonctions de transformation est insuffisante et celle qui est disponible n'est pas appliquée systématiquement au perfectionnement des procédés. En recueillant une information plus détaillée et plus dynamique sur les produits en cours de fabrication, et en analysant en permanence celle-ci, les industriels du sciage pourront atteindre un niveau supérieur d'optimisation. De plus, les bases de données ainsi créées serviront de plate-forme pour une commande globale des procédés. Le progrès en ce sens au cours des dix prochaines années risque bien plus d'être freiné par l'industrie elle-même que par ses fournisseurs.

La technologie fondée sur l'informatique exige des outils, mais surtout, des gens pourvus des connaissances vitales. L'industrie du sciage du 21e siècle aura besoin de scientifiques pour créer des outils spécialisés, de chercheurs pour les fabriquer et les appliquer à la production, et d'opérateurs pour les utiliser quotidiennement.

Comme on a pu le constater dans les sections et sous-sections de ce rapport, il existe de plus en plus de technologies qui permettent d'optimiser les différentes opérations de transformation des feuillus durs. Que ce soit en première, en deuxième ou encore en troisième transformation, les fabricants d'équipements, de machines et de systèmes sont en mesure d'offrir des scanneurs (numériseurs), des détecteurs, des capteurs, des systèmes de mesures, reliés à des ordinateurs portables ou non, qui permettent de remplacer des opérateurs et de prendre des décisions plus objectives basées sur des critères mesurables et donc plus appropriées et optimisées.

Aujourd'hui, la vision artificielle est devenue une technologie performante et bien adaptée à l'industrie des produits forestiers en général. Celle-ci permet donc d'éliminer les tâches ingrates, répétitives et risquées pour la santé et la sécurité des opérateurs, d'augmenter la capacité de production des usines et surtout d'améliorer grandement le niveau et l'uniformité de la qualité des produits fabriqués.

1 Carte routière technologique : bois de sciage et produits à valeur ajoutée (section 5 : http://www.ic.gc.ca/epic/site/fi-if.nsf/fr/fb01405f.html)

2 Idem à 1

3 Idem à 1

 


Technologies de l'information et des communications (TIC) Technologies de l'information et des communications (TIC)

Technologies de l'information et des communications (TIC)

Agrégateur de contenus - Articles sur les TIC Agrégateur de contenus - Articles sur les TIC

De simple puce électronique à catalyseur technologique

Le principal but recherché par l'utilisation de cette technologie est sans aucun doute l'accès à de l'information riche et pertinente par rapport à la production, l'inventaire ou l'utilisation des équipements, et ce, en temps réel. Ce flot de renseignements fait alors place à de meilleures décisions basées sur des données dynamiques. Outre le fait de pouvoir être lue même en étant dissimulée (non visible), la RFID présente de multiples avantages comparativement au code à barres : elle peut... suite à propos de De simple puce électronique à catalyseur technologique

Le Web 2.0 dans les entreprises

19 juin 2008 - Internet offre maintenant des outils qui commencent à séduire les fabricants. Confrontés au défi de l'innovation, les fabricants cherchent à améliorer la connaissance qu'ils ont de leurs clients, à accélérer la mise en marché de leurs nouveaux produits, à parfaire la communication avec leurs employés et à optimiser leurs procédés de fabrication. La maîtrise de la gestion de l'information est un facteur déterminant qui leur permettra de relever ce défi. Pour cette raison, les... suite à propos de Le Web 2.0 dans les entreprises

Les tendances de l'électronique des années 2010-2015

Il est toujours intéressant de connaître les nouvelles technologies qui sont en émergences. Le tableau suivant présente quelques technologies qui joueront un rôle important au court des prochaines années. La grande majorité des industries seront touchées et devront maitriser l'utilisation de chacune de ces innovations. suite à propos de Les tendances de l'électronique des années 2010-2015

L'innovation en systèmes de transport intelligent (STI)

Outre la gestion de flottes de véhicules, certaines tendances lourdes sont perceptibles en matière de STI au Québec et ailleurs. Ainsi dans la gestion globale de la chaîne d'approvisionnement, les technologies s'intègrent progressivement et solidement dans le processus. suite à propos de L'innovation en systèmes de transport intelligent (STI)

L'usine sans fil

24 août 2006 - Selon plusieurs experts du domaine industriel, les applications utilisant les différents types de sonde (température, pression, débit et de niveau) domineront encore pour les prochaines années l'emploi du sans fil. Par la suite, suivront les applications nécessitant une plus grande capacité de traitement tel que la gestion de procédés. suite à propos de L'usine sans fil

Les réseaux sans fil

Ce n'est pas surprenant de prévoir que le sans fil connaîtra le même succès qu'Internet et autres nouvelles technologies. suite à propos de Les réseaux sans fil

Les puces envahiront-elles votre entreprise en 2006 ?

20 mars 2006 - L'identification par radiofréquence (RFID) compte parmi les technologies émergentes que les analystes de l'industrie tiennent pour révolutionnaires. Certains experts prédisent même qu'elle soulèvera la prochaine vague planétaire après celle d'Internet. suite à propos de Les puces envahiront-elles votre entreprise en 2006 ?

Affichage de contenus web Affichage de contenus web

Technologies de l'environnement (TE)

Agrégateur de contenus - Articles sur les TE Agrégateur de contenus - Articles sur les TE

Technologies de bioénergies à base de biomasse forestière (avril 2011)

Janvier 2012 - En 2010, la Direction du développement de l'industrie des produits forestiers (DDIPF) du MRNF confiait au CRIQ la réalisation d'une étude portant sur les technologies de transformation permettant de produire une gamme étendue de biocombustibles (solides ou liquides) à partir de biomasse forestière, notamment la densification, la gazéification, la carbonisation, la torréfaction et la pyrolyse. On y traite également d'... suite à propos de Technologies de bioénergies à base de biomasse forestière (avril 2011)

Isolants naturels à base de fibres de bois

25 septembre 2009 - Bien que le Québec soit un chef de file en ce qui a trait à la production et à l'utilisation de bois de structure en construction, d'autres pays (européens surtout) sont plus avancés dans la fabrication et l'utilisation d'isolants naturels. Une variété de produits comme la cellulose en matelas semi-rigides (tissée avec des fibres synthétiques recyclées), les laines de bois en nattes, celles de chanvre ou de lin sont progressivement introduits sur le marché européen en... suite à propos de Isolants naturels à base de fibres de bois

Le choix de l'écoconception

9 janvier 2009 - Le développement durable est une expression qui circule depuis quelques décennies et qui est devenue une préoccupation majeure pour les entreprises manufacturières. Le rapport Brundtland définit ainsi le développement durable : « Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. » L'enjeu consiste à ... suite à propos de Le choix de l'écoconception

Une nouvelle technologie pour le moulage du plastique recyclé

5 juin 2008 - Environmental Recycling Technologies Plc a inventé un nouveau procédé capable de transformer en produits à valeur ajoutée, différentes sortes de plastiques recyclés qui normalement prendraient le chemin des sites d'enfouissement ou seraient incinérés. De plus, mis à l'essais dans ... suite à propos de Une nouvelle technologie pour le moulage du plastique recyclé

La valorisation des résidus de panneaux à base de bois

3 août 2006 - Les résidus de panneaux de particules et de fibres (MDF) constituent un problème de plus en plus important pour les entreprises de la seconde transformation des panneaux. La réglementation environnementale plus contraignante de même que les coûts qui sont associés à leur disposition forcent l'industrie à chercher des voies de valorisation plus respectueuses de l'environnement et qui ont le moins d'impact possible sur ses frais de production. suite à propos de La valorisation des résidus de panneaux à base de bois

Traitement des eaux fortement chargées par biofiltration sur support inorganique

Si la biofiltration sur support organique est déjà utilisée depuis plusieurs années à l'échelle réelle, celle sur support inorganique n'est encore développée qu'à l'échelle laboratoire et pilote, mais les résultats obtenus dans ce cas sont très concluants et prometteurs pour que la technologie soit implantée à l'échelle réelle. suite à propos de Traitement des eaux fortement chargées par biofiltration sur support inorganique

Le séchage biologique des boues

3 juillet 2006 - De nombreuses entreprises agroalimentaires et agricoles, ainsi que des municipalités, sont aux prises avec d'énormes quantités de boues de décantation ou de flottation dont elles doivent disposer à grands frais. Le procédé de séchage biologique s'avère un mode de gestion intéressant des boues puisqu'en plus de réduire la quantité de solides à disposer et, par conséquent, le coût de disposition, il permet de produire un amendement organique de haute valeur. suite à propos de Le séchage biologique des boues

Gestion et valorisation des déchets et produits connexes de la filière bois

Les produits connexes de la filière bois peuvent suivre plusieurs types de valorisation matière : la fabrication de pâte à papier, la fabrication de panneaux (agglomérés) ou de produits composites, la fabrication de produits en bois moulé, le réemploi (réparation de palettes), le compostage, suite à propos de Gestion et valorisation des déchets et produits connexes de la filière bois

Produits et procédés innovateurs (PPI) Produits et procédés innovateurs (PPI)

Produits et procédés innovateurs (PPI)

Agrégateur de contenus - Articles sur les PPI Agrégateur de contenus - Articles sur les PPI

Le recyclage des bétons au Québec et à l'étranger

17 septembre 2010 - Sensibilisés à la problématique du traitement des débris provenant de la construction, de la rénovation et de la démolition (C-D), des intervenants de tous les pays industrialisés sont à l'affût de solutions pour en réduire les quantités, les traiter adéquatement et identifier des applications afin de leur donner une plus grande valeur ajoutée. suite à propos de Le recyclage des bétons au Québec et à l'étranger

Découpe et meulage de pièces de grandes dimensions

27 août 2010 - Le Regroupement des équipementiers en automatisation industrielle (RÉAI) s'est donné comme mission de regrouper des équipementiers québécois afin de développer un noyau de compétences multidisciplinaires et complémentaires en conception d'équipements sur mesure pour promouvoir l'automatisation de la production auprès des entreprises manufacturières. Cet équipement de découpe et de meulage est une réalisation en partenariat de AGT et de Orus. suite à propos de Découpe et meulage de pièces de grandes dimensions

Ligne d'assemblage de boîtiers électriques

27 août 2010 - Le Regroupement des équipementiers en automatisation industrielle (RÉAI) s'est donné comme mission de regrouper des équipementiers québécois afin de développer un noyau de compétences multidisciplinaires et complémentaires en conception d'équipements sur mesure pour promouvoir l'automatisation de la production auprès des entreprises manufacturières. Cette ligne d'assemblage automatisée est une réalisation en partenariat de AGT, de IMAC et de AMD. suite à propos de Ligne d'assemblage de boîtiers électriques

Ligne d'assemblage secondaire des supports de tableau de bord pour l'industrie automobile

25 août 2010 - Le Regroupement des équipementiers en automatisation industrielle (RÉAI) s'est donné comme mission de regrouper des équipementiers québécois afin de développer un noyau de compétences multidisciplinaires et complémentaires en conception d'équipements sur mesure pour promouvoir l'automatisation de la production auprès des entreprises manufacturières. Cette ligne d'assemblage est une réalisation en partenariat Roche Ltée, Génik et Orus. suite à propos de Ligne d'assemblage secondaire des supports de tableau de bord pour l'industrie automobile

Pièces légères pour automobiles : ça roule!

Un système qui moule sous pression de l'aluminium semi-solide ayant la texture de la crème glacée pourrait « changer la donne » et avoir d'importantes répercussions sur le secteur canadien de l'aluminium, l'industrie mondiale de l'automobile et l'environnement... suite à propos de Pièces légères pour automobiles : ça roule!

Nouvelle étiquette UHF Haute Température de JMD

En milieu industriel, le suivi d'une pièce lors de son assemblage devient un véritable défi lorsque celle-ci est soumise à de fortes contraintes physiques comme par exemple lors d'un passage dans un bain chimique, dans une cabine de peinture ou sous une forte pression. suite à propos de Nouvelle étiquette UHF Haute Température de JMD

Le perçage vibratoire à basse fréquence

2 juillet 2009 - Principe consistant à utiliser uniquement l'énergie apportée par la coupe pour générer et maintenir des vibrations. suite à propos de Le perçage vibratoire à basse fréquence

RFID n'a pas pris feu comme prévu

1 juin 2009 - Un rapport d'étude de marché « Les prévisions RFID, joueurs et opportunités 2009-2019 » traduit en français. suite à propos de RFID n'a pas pris feu comme prévu

La microfabrication

17 juin 2009 - Technique utilisant plusieurs unités de microfabrication optimisées pour des tâches spécifiques au lieu d'une seule machine-outil complexe de haute précision. Traduit en français. suite à propos de La microfabrication

Une étude empirique qui pourrait améliorer la planification de la production

3 novembre 2008 - L'Institut de recherche de performance international (IPRI) de Stuttgart vient de publier une étude empirique dans laquelle sont analysés les processus de référence suivis lors de lancements de production. L'objectif de l'étude était d'analyser les relations entre les conditions cadres et les processus et sous-processus et de caractériser les différents types de processus. Un questionnaire a permis aux scientifiques d'identifier différents types de ... suite à propos de Une étude empirique qui pourrait améliorer la planification de la production

Une découverte qui se rajoute à la liste canadienne des découvertes capitales en chimie (information)

3 novembre 2008 - Le développement d'une méthode de chimie verte pour séparer l'huile et l'eau, par le chimiste Philip Jessop et son équipe de recherche, a été reconnu comme l'une des grandes découvertes chimiques canadiennes de ces cent dernières années par l'Institut de chimie du Canada. suite à propos de Une découverte qui se rajoute à la liste canadienne des découvertes capitales en chimie (information)

Un nouveau procédé capable de sécuriser à bas prix la majorité des puces RFID

11 juillet 2008 - Le principal but recherché par l'utilisation de cette technologie est sans aucun doute l'accès à de l'information riche et pertinente par rapport à la production, l'inventaire ou l'utilisation des équipements, et ce, en temps réel. Ce flot de renseignements fait alors place à de meilleures décisions basées sur des données dynamiques. suite à propos de Un nouveau procédé capable de sécuriser à bas prix la majorité des puces RFID

Percée dans l'efficacité énergétique pour le traitement des métaux

10 juillet 2008 - Les entreprises allemandes Zenergy Power GmbH de Rheinbach et Bültmann GmbH de Neuenrade ont reçu le prix d'innovation HERMES AWARD 2008 pour leur nouvelle technologie de chauffage par induction. Bien que ce procédé pour le traitement des métaux soit... suite à propos de Percée dans l'efficacité énergétique pour le traitement des métaux

Comment reproduire les nervures de bois avec un laser

9 juillet 2008 - Des chercheurs du Warwick Manufacturing Group (WMG, le groupe pour les activités de production de Warwick) de l'Université de Warwick ont mis au point une technique laser pour donner à la surface d'un panneau de MDF (pour « medium-density fibreboad », appelé aussi medium ou panneau de fibres à densité moyenne) une finition qui rappelle les nervures du bois massif. suite à propos de Comment reproduire les nervures de bois avec un laser

Une amélioration dans le procédé de découpe de matériaux par laser

9 juillet 2008 - Un nouveau procédé de fabrication a été développé par des chercheurs de l'Institut Fraunhofer de mécanique des matériaux (IWM). Il s'applique à des matériaux fragiles et permettrait d'effectuer des coupes de façon plus économique tout en ... suite à propos de Une amélioration dans le procédé de découpe de matériaux par laser

Récupération des métaux contenus dans les résidus des aciéries électriques

30 juin 2008 - Kobe Steel a développé une technique qui permet de récupérer des métaux tels que le fer, le zinc ou le plomb à partir des poussières de fours électriques. Les résidus sont chauffés à ... suite à propos de Récupération des métaux contenus dans les résidus des aciéries électriques

Les technologies de moules pour économiser l'énergie

Deux technologies de moules innovantes pour la production de grandes pièces composites thermoplastiques avec un minimum de consommation d'énergie ont été testées à l'aide d'un ensemble de moules développés à cette fin. suite à propos de Les technologies de moules pour économiser l'énergie

Vers des soudures sans plomb

12 juin 2008 - Dans le cadre du projet EFSOT, des chercheurs ont mis au point une pâte à souder innovante pour la soudure sans plomb qui devrait trouver de nombreuses applications industrielles. suite à propos de Vers des soudures sans plomb

Plus dur que l'acier, mais quatre fois plus léger

Le professeur Yasuo SHIMIZU et son équipe de l'Université de Shinshu ont développé un nouveau matériau composite ayant une dureté comparable à celle de l'acier pour une masse quatre fois plus faible que celui-ci. Les chercheurs ont incorporé ... suite à propos de Plus dur que l'acier, mais quatre fois plus léger

Percée dans l'efficacité énergétique pour le traitement des métaux

Les entreprises allemandes Zenergy Power GmbH de Rheinbach et Bültmann GmbH de Neuenrade ont reçu le prix d'innovation HERMES AWARD 2008 pour leur nouvelle technologie de chauffage par induction. Bien que ce procédé ... suite à propos de Percée dans l'efficacité énergétique pour le traitement des métaux

Des capteurs pour suivre le mûrissement des fruits

14 mai 2008 - En collaboration avec une équipe de chercheurs de l'Université de Barcelone, un groupe de chercheurs de l'Institut Fraunhofer de technique de mesure physique (IPM) de Fribourg a développé un capteur permettant de suivre le processus de mûrissement des fruits. Ses deux principaux éléments sont ... suite à propos de Des capteurs pour suivre le mûrissement des fruits

Un nouveau procédé rend le bois de hêtre résistant pour une utilisation à l'extérieur

7 mai 2008 - Des scientifiques du réseau de recherche « Produits innovants en bois de hêtre modifié », basé à Göttingen et dirigé par le Prof. Holger Militz du département de biologie et de produits du bois de l'Université de Göttingen ont développé une nouvelle méthode permettant d'augmenter ... suite à propos de Un nouveau procédé rend le bois de hêtre résistant pour une utilisation à l'extérieur

Un procédé de production de composites économe en énergie

7 mai 2008 - Le professeur Herbert Funke, de l'Université de sciences appliquées de Dortmund, vient de recevoir le prix de la société JEC pour le développement d'un nouveau procédé de production de matériaux composites économe en énergie. suite à propos de Un procédé de production de composites économe en énergie

Revêtements par lubrifiants solides (SLC) à hautes performances

19 mars 2008 - Destiné à améliorer les performances des joints de friction, le projet TRIBO a débouché sur une technologie innovante pour ... suite à propos de Revêtements par lubrifiants solides (SLC) à hautes performances

Des bulles nanoscopiques contre la rouille ?

19 mars 2008 - Une scientifique de l'Université de Stuttgart, Claudia Dos Santos, est parvenue à insérer de minuscules bulles d'huile et d'antirouille à la surface de métaux. Ceci peut permettre à une ... suite à propos de Des bulles nanoscopiques contre la rouille ?

Technologies de séparation des gaz

5 mars 2008 - Vaperma a développé une solution innovante déshydratant le mélange gazeux éthanol et eau. Le système SiftekMC remplace entièrement la ... suite à propos de Technologies de séparation des gaz

Cellule robotisée mobile

5 mars 2008 - La cellule robotisée mobile développée par Clairet Canada a été finaliste pour le Grand Prix innovation 2007 de l'AMETVS et pour le Prix excellence 2007 décerné par la Chambre de commerce et d'industrie de la Rive-Sud. suite à propos de Cellule robotisée mobile

Un procédé innovateur pour la production de fromage

22 février 2008 - Le projet de Monsieur Chadjaa consistait à mettre au point un procédé industriel pour le remplacement d'un procédé artisanal d'une fromagerie; l'objectif était ... suite à propos de Un procédé innovateur pour la production de fromage

Un nouveau procédé de soudage

22 février 2008 - Un nouveau procédé de soudage mis au point par Bertrand Leroux, ingénieur chez Canmec Industriel, ... suite à propos de Un nouveau procédé de soudage

Des techniques laser pour la fabrication des moules

7 février 2008 - L'Institut Fraunhofer d'ingénierie laser (ILT) d'Aix-la-Chapelle a développé deux procédés d'outillage de moules : le soudage de couches par laser et le Selective Laser Melting (SLM). Afin d'augmenter ... suite à propos de Des techniques laser pour la fabrication des moules

La barre de renforcement V-Rod

29 novembre 2007 - La barre de renforcement V-Rod, brevetée et récemment accréditée par le Code du bâtiment, permettrait d'éliminer la corrosion, principale cause de détérioration des ouvrages routiers en béton armé. « Nos efforts sont sur le point d'être récompensés », croit Bernard Drouin, directeur général chez Pultrall. Cette entreprise a développé un produit en composite à base de suite à propos de La barre de renforcement V-Rod

Un nouveau moule en aluminium pour bouteilles PET

12 novembre 2007 - Le groupe SIDEL a développé une solution de rechange aux moules traditionnels en acier inoxydable utilisés pour le soufflage des bouteilles PET. Il est fabriqué en aluminium léger, plus facile à ... suite à propos de Un nouveau moule en aluminium pour bouteilles PET

Panneaux sandwichs : AS Composite

17 octobre 2007 - Grâce au procédé novateur de fabrication qu'elle vient de développer, AS Composite peut aujourd'hui fabriquer rapidement et à moindre coût une vaste gamme de ... suite à propos de Panneaux sandwichs : AS Composite

Des plastiques plus verts : le CNRC abat les obstacles à la production de plastiques à partir de la biomasse

Depuis 2005, M. Huneault et son groupe de Boucherville, au Québec, travaillent en étroite collaboration avec le Réseau canadien d'innovation dans la biomasse et l'École polytechnique de Montréal pour produire du bioplastique avec ... suite à propos de Des plastiques plus verts : le CNRC abat les obstacles à la production de plastiques à partir de la biomasse

Une invention qui fait jaser

5 octobre 2007 - Un homme du Saguenay¿Lac-Saint-Jean a mis au point un nouvel instrument qui pourrait bien transformer l'industrie forestière. Jérôme Lavoie a créé ... suite à propos de Une invention qui fait jaser

De nouveaux yeux pour les robots

Une équipe de recherche de l'Université de Tokyo (Todai) a mis au point un capteur visuel extrêmement petit capable d'analyser instantanément des objets bougeant rapidement en déterminant leur taille, leur position, leur inclinaison et leur forme. suite à propos de De nouveaux yeux pour les robots

Gestion de l'innovation (GI) Gestion de l'innovation (GI)

Gestion de l'innovation (GI)

Agrégateur de contenus - Articles sur les GI Agrégateur de contenus - Articles sur les GI

L'analyse comparative (benchmarking)

9 juin 2010 - Une opération de « benchmarking », si elle est bien menée, peut permettre à l'entreprise non seulement d'égaler, mais de dépasser la concurrence et de satisfaire ainsi totalement ses clients et ses partenaires. suite à propos de L'analyse comparative (benchmarking)

Vous exportez ou planifiez exporter vos machines en Europe?

La directive machine 2006/42/CE concerne toutes les machines neuves commercialisées maintenant. Elle pose des exigences plus précises en ce qui concerne : les principes d'intégration de la sécurité ; l'ergonomie ; le poste de travail ; les systèmes de commande ; les protecteurs fixes ; l'information ; la protection contre le retournement ; etc.. Ce séminaire s'adresse à vous. suite à propos de Vous exportez ou planifiez exporter vos machines en Europe?

La normalisation au service de l'innovation

23 décembre 2009 - En investissant 150 $ pour se procurer la norme, réalisant 4 à 5 appels téléphoniques et échanges de courriels, en prenant le temps de bien comprendre le document, le tour était joué. Il ne le savait pas, mais il innovait. suite à propos de La normalisation au service de l'innovation